TRAGEDY RELOADED, prélude II

prélude II

TRAGEDY RELOADED est une production de théâtre pluridisciplinaire qui se développe sur deux ans, 2015-2016. Cette nouvelle création de la Compagnie sturmfrei se réalise dans des festivals suisses et étrangers, et présente des formats de représentation adaptés au lieu d’accueil et au moyen de production.

Tragedy Reloadedprélude II – création pluridisciplinaire

du 2 au 6 septembre 2015, deux représentations par jour

au Flux Laboratory, 10 Rue Jacques-Dalphin, 1227 Carouge
dans le cadre de la Bâtie-Festival de Genève

Nous sommes à une époque qui fait tourner les têtes
Interpellation politique

Des femmes sont en exil. Elles fuient l’EGYPTE et la menace du mariage forcé avec les fils du Roi, et elles se réfugient après des années d’errance, de peur et d’interrogations, à ARGOS pour demander l’asile. Ainsi commence le chant du chœur de Les Exilées, pièce écrite par Eschyle il y a 2500 ans. Cette tragédie sur les exilées constitue le point de départ de cette nouvelle création sous forme de prélude 2.

Le chœur, figure centrale du projet Tragedy Reloaded, restitue, sous forme d’une narration collective et polyphone, la tragédie des Danaïdes en fuite et en exil : sa parole produit de la mémoire. Mémoire individuel et mémoire du monde. L’intention est de recharger la tragédie actuelle, produire une nouvelle écoute envers une situation sans fin, insensée, en train de changer le monde. Ici, le choeur se souvient et évoque, par ses propres images, la violence et l’horreur infligés aux corps des femmes. La supplication du choeur est frappante, percutante, tout près du spectateur, son chant est strident et soulève le souvenir des morts.
En contrepoint du chœur, se trouve une femme, un corps, une voix multiple qui décrit la complexité de la situation des marchés de prostitution, territoires invisibles, passages clandestins, zones sombres. Ceci après l’exil, avec le texte Animaux d’Elfriede Jelinek. Comme si l’exploitation est la conséquence et donc la tragédie de chaque exilée.
Ainsi la parole d’Eschyle se frotte à la langue de Jelinek. Théâtre grec et théâtre contemporain se reflètent, se prolongent, créent du dialogue. Des sens, positionnements et perspectives se heurtent et se multiplient.
La démarche de travail consiste à créer, tout en les rapprochant,  des résonances entre les textes d’Eschyle et de Jelinek. Entre la fuite du viol, du mariage forcé avec leur cousin pour les Danaïdes jusqu’à la justification marchande pour “ces femmes baisiness” dans Animaux, la femme, objet de désir, provoque toujours le chaos dans l’ordre et la logique de l’univers masculin.  Les liens entre la supplication tragique d’Eschyle clairement adressée et le tragique subversif de l’écriture de Jelinek avec son flot de paroles déconnectées, permettent d’imaginer l’enchaînement d’une tragédie à une autre, comme un cycle infernal, extérieur et intérieur.

Portrait Maya Bösch par Alexandre Demidoff LE TEMPS 02.09.2015
Critique dans Mouvement.net par Jean-Marc Adolphe

Pour obtenir un dossier de présentation ou la revue de presse, adressez-vous à : mboesch@ciesturmfrei.ch.

Au cours de trois ateliers précédents, HETSR – La Manufacture à Lausanne (2012), le TNB (Théâtre National de Bretagne) à Rennes (2014) et un atelier professionnel organisé par sturmfrei, avec trente femmes artistes (2014), Maya Bösch développe sa dramaturgie sur la tragédie contemporaine, sa distribution, sa méthode et ses perspectives.  Ont collaboré au processus : Isis Fahmy, Mari-Mai Corbel, Pascal Merighi, Laura Spozio, Karine Piveteau, Ambre Kahan-Belbachir, Catherine Travelletti, Elisa Dusapin, Sidonie Simon, Sylvia Amato, Anne-Lise Tacheron, Johanne Thibaut, Marylène Kohler, Hélène Renoux, Catia Machado, Marina Keltchewsky, Valérie Bernatet, Bianca Iannuzzi, Caroline Tripet, Piera Bellato, Mounira Barbouch, Tatiana Baumgartner, Isabelle Vesseron, Marie-Elodie Vattoux, Liza Baumann, Lenka Luptakova, Agathe Raboud, Sarah-Lise Salomon-Maufroy, Kira Kippling, Lucile Delzenne, Bernadette Frutuoso, Nina D’Angiolella, Athena Poullos, Tamara Alegre, Adèle Zouane, Alexandre Virapin Apou, Chloé Lavaud, Chloé Maniscalco, Gaettan Vettier, Hector Manuel, Joaquim Pavy, Julien Derivaz, Laure Cathrin, Leslie Bernard, Lou Rousselet, Matthias Jacquin, Ophélie Trichard, Pénélope Avril, Georges Slovik, Rebecca Balestra, Tatiana Baumgarter, Piera Bellato, Océane Court, Jérôme Denis, Mehdi Djaadi, Alain Guerry, Caroline Imhof, Julien Jacquérioz, Baptiste Morisod, Agathe Raboud, Simon Romang, Sarah-Lise Salomon-Maufroy, Isabelle Vesseron, Timo Kirez, … qu’ils soient remerciés ici.