TOPOGRAPHIE DESIRS

DESIRS SANS DESTIN

Auf Deutsch
 In English

Dans le cadre de DESIRS SANS DESTIN, conçu par Anna Barseghian et Stefan Kristensen, Maya Bösch et sa compagnie sturmfrei «topographie» les corps à “Utopiana”, résidence d’artistes située à St-Jean. Cave, garage, étage supérieur, jardin. La maison offre des territoires propices à une théâtralité du «caché».

Pour la metteure en scène, le désir est la force propre à lutter contre le sentiment de vanité et de délitement du sens. C’est un élan logé dans le corps, qui tout à la fois le structure et le perfore. Désirs, pulsions, soulèvement, résistance: nous sommes habités. De la cave au grenier, de la rue au jardin, un cri de vivre nous transperce.

Six artistes féminines et une philosophe-poétesse nous entraînent dans une dynamique déambulatoire aux intensités fluctuantes. Un voyage dans une contre- architecture du monde où on rencontre plusieurs langues, époques, écritures et une complexité de désirs et de destins.

Désirs sans Destin s’emparent de la question sur l’être au monde, sur son errance et son rapport fragile qu’il entretient avec l’autre. Le spectateur sera convié à des moments ponctuels à participer dans des espaces de désirs qui seront en mouvement permanent pendant deux semaines et qui se chercheront entre deux lieux distincts à Genève : un théâtre et une maison.

Ce projet veut engager une expérimentation performative qui croise des matières philosophique et artistiques sous un mode ludique et interactif – une sorte de hybris entre plusieurs formes et formats – tout en réfléchissant de manière commune aux possibles liens et rapports à instaurer entre les espaces de désirs, le spectateur et le temps de la création.

Le désir – une dérive conceptuelle ?

Ce qu’est le désir : Une passion / Une puissance d’être / Une force inconsciente / Une conscience de l’autre / Une nature contradictoire / Une pulsion de vie / Une intention conceptuelle / Un manque / Une quête / Une dérive / Une transgression / Une liberté / Un besoin / Une absence / Une résistance créative / La sexualité / La colère / L’excès / La démesure / La folie / La mort / Le suicide / La peur / L’autre ?

Le désir s’impose comme une force inhérente à notre être, composant essentiel et nécessaire de la vie, véritable pulsion, prise de conscience. Le désir est par essence le manque, et ce depuis Platon, dans son célèbre Banquet. Eros recherche la connaissance de ce qu’il ne sait pas. Le désir caractérise cette quête : la quête de ce qui manque. Chaque chose selon sa puissance d’être, s’efforce de persévérer dans son être (…), disait Baruch Spinoza, et Jacques Lacan aussi.

Ce spectacle a un DVD a disposition