05. – 08.11.2014 Jeter son corps dans la bataille

PERFORMANCE ART FESTIVAL GENEVE, 2014
Maya Bösch travaille ponctuellement comme curatrice indépendante.
Elle programme la deuxième édition Jeter son corps dans la bataille en lien avec le Prix suisse de la performance, en partenariat avec la Ville de Genève. La première édition a eu lieu en 2011.
Programme sur www.jetersoncorps.ch
Ce festival a lieu au COMMUN, bâtiment d’art contemporain à Genève. Il est entièrement gratuit.
Pour plus d’information, veuillez vous adresser à : info@jetersoncorps.ch

HEADER

@ptt le 29.06.2014 dès 18h

Le @ptt fête son anniversaire!
Performance à 23h par Maya Bösch et Nalini Selvadoray.

Write all the things you want to do.

Ask others to do them and move on.

Keep dancing.

OU

Each time we don’t say

what we want to say

we’re dying.

Maya Bösch propose une performance sur ACORN, dernière oeuvre de Yoko Ono publiée en 2013. Avec Nalini Selvadoray, elle évoque les bulles sensibles, les réflexions déroutantes et l’humour vacillant de l’artiste américaine. Comme des écrous borgnes qui interpellent, des suggestions qui se déposent ou simplement nous traversent.
Special remerciement à Monsieur Jean Liermier pour son prêt du masque crée par Werner Strub. 

flyer_Xans

 

 

WORKSHOP ENSATT Lyon

25.-27.03.2014

Maya Bösch explores with three young authors the act of writing in space and time.
How does body action condition thought and imagination ? How can writing be explored, discovered, encountered ?
The theme was about “THE DAY AFTER”, after the catastrophe, after as before and in between.

IMG_3372

ATELIER à L’Ecole TNB (Théâtre National de Bretagne)

walzer-de-pina-bausch-coffret-avec-livre-en-francais-anglais-allemand-et-dvd-du-spectacle[1]
06. – 31.01.2014
Présentation le 29.01.2014
TRAGEDY RELAODED

PIC_0001

L’atelier Tragedy Reloaded mené par la metteure en scène suisse Maya Bösch a proposé de renouveler la forme théâtrale d’abord à partir de la re-configuration de la matière textuelle conventionnelle : non pas un texte dramatique entier mais une composition de fragments de textes, et de textes pas forcément dramatiques. Une juxtaposition de plusieurs langues créant une partition. Le thème : le tragique et sa résonance contemporaine. Dans Eschyle et Sophocle, dans Heiner Müller, Elfriede Jelinek ou Ulrike Meinhof, par exemple, des séquences ont été extraites dans l’optique d’un montage. Le processus de montage dans la dramaturgie appelant au plateau la mise en scène de fragments de situations scéniques structurés comme des installations plastiques via les lumières et le son et leur montage les uns avec les autres. L’espace évidé s’offre en un volume libre permettant de multiples projections, en une chambre d’échos pure.

C’est dans le battement entre les fragments comme, à l’intérieure du fragment dans la temporalité du dire, que se joue la bataille du rythme.

A l’écoute de l’émergence de ce beat, il a s’agi dans l’atelier de rechercher une qualité de présence d’acteur radicale à l’échelle de la nudité du plateau.

La recherche d’acteur proprement dite a été axée sur quatre éléments fondamentaux non hiérarchisés : le corps, l’espace, le temps, la langue. Un carré dessinant le territoire de l’acteur. L’acte de l’acteur a été expérimenté à partir de l’exploration de de la prise de parole et du dire en tant qu’ils constituent des actes ; de la dissociation du mouvement et du dire ; de la production d’un espace à partir du regard et de l’écoute ; et de la conscience de soi dans l’espace et cela aussi par rapport aux variations des formations d’acteurs (choeur, solo, duo, trio, collectif de solitudes, etc.). L’acte ne se réalisant pas dans la production d’un résultat mais dans la tenue d’une recherche live, dans l’affirmation d’une clarté de l’apparition de l’actant.

C’est l’expérience d’un théâtre comme combinatoire complexe, « rechargé » (« reloaded ») d’une manière où le formalisme architecture une parole exposée, vivante, en un geste contemporain de notre temps.
Par Mari Mai Corbel

 

Atelier à l’Ecole du Théâtre National Bretagne mené par Maya Bösch
AVEC
Leslie, Laure, Lou, Chloé, Chloé, Ophélie, Pénélope, Adèle, Gaetan, Matthias, Hector, Julien, Joachim, Georges, Alexandre et Mari-Mai Corbel

STRUCTURE DU MONTAGE TEXTUEL

0 / SMS de Cologne de Vincent Macaigne (Matthias et Alexandre)

1 / Choeur des suppliantes / Les exilées d’Eschyle (Tout le monde)

2 / Xerxès dans Les Perses d’Eschyle (Hector)

3 / Prométhée et Hermès dans Prométhée enchaîné dans Heiner Müller (Gaëtan et Julien)

4 / Libération de Prométhée d’Heiner Müller dans Poèmes (Joachim)

5 / Ulrike Meinhof – lettre de prison à son frère (Lou)

6 / Tableau 2 et 5 dans Hamlet-Machine d’Heiner Müller (Leslie)

7 / D’après une chanson de Nina Hagen, texte écrit et dit par Laure

8 / Cellule détruite Paroles de Einstürzende Neubauten / Groupe de rock allemand (Matthias)

9 / Tableau 3 et 4 dans Hamlet-Machine d’Heiner Müller (Chloé et Pénélope)

10 / Texte Electre in Poèmes d’Heiner Müller (Alexandre)

11 / Ajax par exemple in Poèmes d’Heiner Müller, adapté et dit par Georges

12 / Tragédie, texte écrit et dit par Leslie

13 / Ulrike Maria Stuart de Jelinek (Chloé, Leslie, Pénélope, Adèle, Ophélie, Laure, Lou, Chloé)

 

 

 

 

Workshop à l’ENSATT : Stations d’arts poétiques

tracey-emin-my-bed
Tracey Emin : My bed

Au sein de ce workshop intitulé stations d’arts poétiques, il s’agit d’explorer et d’expérimenter ‘l’art de la performance’ à travers la langue, le corps, l’écriture et l’installation. A partir de plusieurs exemples d’artistes femmes incontournables de la performance, tels que Marina Abramovic, Lygia Clark, Rebecca Horn, Valie Export, Tracey Emin, Yoko Ono,… et de mes propres travaux sur l’auteure autrichienne Elfriede Jelinek, nous nous interrogerons sur la diversité complexe de cet art et observerons sa posture poétique ou politique. Nous aborderons aussi les différences entre la performance et l’activisme d’aujourd’hui. Ce workshop s’ouvrira aussi au débat sur les récents phénomènes de groupe ou de masse qui œuvrent en réaction à la crise, au capitalisme et néolibéralisme progressif afin de situer  ‘l’art de la performance’ dans un contexte politique, culturel et social. Ce workshop propose à la fois une partie théorique sur l’histoire, les tendances et techniques de cet art, et une partie pratique pour développer un travail personnel.

Ce workshop a lieu à l’Ecole National Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre, ENSATT, à Lyon, le 17 et 18 décembre 2013.

LAST

Dernière création de la compagnie sturmfrei pour l’année 2013 SCHREIB MIR DAS LIED VOM TOD, oeuvre personnelle inspirée par Morricone et Müller à voir jusqu’au 9 novembre à l’ARSENIC LAUSANNE. Ensuite, re-configuration. En cours, un chantier conséquent de recherche et création autour d’une tragédie contemporaine. 2015-2017. Une nouvelle oeuvre qui se développera par des performances, créations et par un film. Des stages et auditions pour professionnel(le)s seront communiqué ultérieurement. 05_JZ8B2545_low

On the road

5 au 9 novembre 2013
ma, je, sa 19h / me, ve 20h30
Arsenic, centre d’art scénique contemporain, Lausanne
Réservation : www.arsenic.ch

Il est de dos, puis de face, il est triste et se demande qui avait bien pu inventer le mot “bonheur”. Il marche avec des santiags sans faire de bruit, se retourne pour mesurer le temps sous un ciel qui pleut des balles, sous une musique qui est la sienne et qu’il rêve qu’elle devienne commune. Il joue, il s’arrête, il tombe et se relève. Il fait la même chose tout le temps. Il marche de droite à gauche, d’est en ouest, d’un point à l’autre. Sauf que ses pensées se transforment, se multiplient, se complexifient et deviennent des idées violentes. Il n’a peur que de lui et de ce qui est humain. Son passé laisse des traces de vide, de sang, de morts, de mains, de coeurs. Il se dit qu’il faudrait avoir du coeur pour avoir été et pour devenir. C’est à ce moment-là qu’il devient son propre ennemi. Sa seule manière de résister.  Maya Bösch, Genève le 23 Octobre 2013